Quel est le rapport entre besoins et émotions ?

Publié par Bernard Guévorts le

Partagez l'article s'il vous a plu !
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

Nous avons vu précédemment à quoi servent les émotions et à quel point elles sont des signaux utiles pour notre sauvegarde et notre santé. Et c’est leur rôle initial ! Nous allons voir qu’elles nous renseignent aussi sur nos besoins fondamentaux.

Notre sentinelle émotionnelle, l’amygdale, veille sur nous en filtrant tous les signaux visuels et sonores qui nous arrivent. Dès qu’elle détecte quelque chose qui est considéré comme « dangereux » dans sa mémoire, elle déclenche l’alarme. Nous avons déjà décrit comment fonctionne la cascade du stress et nous savons que cela va très très vite (12 millisecondes).

Quel besoin n’est pas satisfait ?

Si nous étudions cela de plus près, nous pouvons constater que les émotions qui sont produites en réaction à ces signaux sont généralement liées à la non-satisfaction d’un besoin. Celui-ci peut être conscient ou pas.

Les études sur les émotions se sont beaucoup attardées sur les mécanismes de déclenchement, les zones du cerveau qui sont mobilisées. Et on sait maintenant qu’elles sont différentes selon le type d’émotions ! 

En revanche il y a peu de publications sur la corrélation entre le besoin et l’émotion. C’est la constatation que fait Ilios Kotsou dans son livre, « Intelligence émotionnelle et management ». Un livre dont nous avons parlé dans notre article sur les compétences de l’intelligence émotionnelle

Les émotions sont toujours en rapport avec un besoin !

Si l’émotion est positive, c’est qu’un besoin a été satisfait. Je suis content car une personne m’a témoigné du respect, elle m’écoute, … Cela satisfait mon besoin de reconnaissance, mon besoin d’être en relation, mon besoin de respect…

Cependant l’émotion peut être négative si un besoin n’a pas été satisfait (souvent ou parfois sans le vouloir). Je ne me sens pas respecté, ni écouté, …

Parfois, c’est juste notre cerveau automatique qui est mis en mode défensif à la suite de l’attitude d’une personne. L’amygdale a détecté un visage peu agréable ou agressif. Nous sommes dans la méfiance, voire dans la peur ou la colère.

La première impression

La première impression est basée sur cela. Une étude de l’université de Princeton parue en 2006 montre qu’il suffit de 1/10ème de seconde pour se faire une impression, sur base du visage !

Et que les jugements portaient sur l’attractivité, la sympathie, la fiabilité, la compétence et l’agressivité de la personne évaluée. L’étude montre aussi que cette impression n’est que très peu modifiée avec la durée, au contraire, elle est même plutôt renforcée.

Il est donc essentiel de tenir compte de cela pour donner une bonne première impression.

Émotion = signal

Si nous sommes à l’écoute de nos émotions nous pouvons comprendre le message qu’elles nous envoient.

En particulier, en nous renseignant sur nos besoins, nous recevons une information importante pour notre bien-être. Si nous pouvons comprendre le message derrière l’émotion, nous pourrons mieux nous occuper de nos besoins, et ne pas laisser cela au hasard des situations ou aux autres.

Cela fait partie du travail sur soi lié à l’intelligence émotionnelle. Mieux se connaître permet d’éviter les terribles erreurs que l’on peut commettre quand on manque de conscience de soi comme le montre le Mind mapping ci-dessous.

Mind mapping sur le manque de conscience de soi

Ce que le manque de conscience de soi peut entraîner… Lire l’article pour en savoir plus. 

Je vous invite à lire l’article « Comment avoir conscience de soi ? », où vous pouvez retrouver un exercice proposé par Ilios Kotsou pour mieux prendre conscience de nos émotions et de ce qu’elles provoquent comme réactions physiologiques, émotionnelles aussi bien dans nos pensées que dans nos actes. En voici la synthèse visuelle, du déclencheur aux diverses conséquences. Faites l’exercice d’en prendre conscience.  

Le parcours de l'émotions

Que se passe-t’il lors d’une émotion ?  

La suite de ce genre d’exercices sera de travailler sur la recherche du besoin qui se cache parfois très bien derrière le déclencheur de l’émotion. Il faut pour cela se référer aux connaissances vis-à-vis des besoins.

Besoins et motivations

Ces éléments ont été beaucoup étudiés dans le cadre de la motivation au travail par exemple. Je vous en parle dans l’article « Leadership et motivation » qui reprend les théories les plus connues en rapport avec la motivation. Et aussi l’article comment nous passons du besoin à l’action qui reprend le passage entre le besoin, le désir et l’action.

« Les émotions se manifestent sur le théâtre du corps ; les sentiments sur celui de l’esprit.» Antonio R. Damasio Cliquez pour tweeter

Vous aurez compris que ce qui nous motive, c’est ce qui peut satisfaire nos besoins et donc procurer des émotions positives, du bonheur, de la joie.

Donc pour mieux gérer notre motivation, il faut bien connaître nos besoins.

Quels sont les besoins principaux ?

Je vous propose ci-dessous une liste de 7 catégories principales de besoins que nous synthétise Ilios Kotsou (2).

Les 7 catégories de besoins  

En prenant le recul nécessaire, nous pouvons réfléchir à nos besoins importants en se référant aux catégories ci-dessous et à des listes plus complètes que l’on peut trouver sur internet. J’apprécie tout particulièrement celle-ci en rapport avec les 7 catégories d’Ilios. Mais il y en a plein d’autres.

Identifier mes besoins

Pour commencer, le mieux est d’identifier les émotions agréables et de voir quels besoins y sont associés.

Exemple :

  • Émotion : Je suis content en ce moment.
  • Situation : Parce que je suis avec des amis.
  • Besoins : Appartenance, partage, …

 Par la suite, vous pouvez le faire pour les émotions désagréables.

Exemple :

  • Émotion : Je suis en colère.
  • Situation : mon patron vient de me faire un reproche sur un travail rendu.
  • Besoins : reconnaissance, valorisation, respect, …

Le piège dans lequel il ne faut pas tomber est d’identifier le besoin avec le déclencheur ou avec le moyen de le satisfaire.

En effet, nous pouvons par exemple être très en colère à la suite de la remarque de quelqu’un. Nous estimons qu’il nous a manqué de respect. Le déclencheur est donc sa remarque. Le besoin peut être la reconnaissance, le respect, la justice,…

Classez vos besoins selon les aspects de votre vie : profession, couple, famille, social, Etc. Et ensuite faites une liste de priorités (les trois plus importants par exemple).

Réfléchissez à ce que cela vous apporte et ce que vous pourriez changer : avec qui je veux travailler ? Qu’est ce que cela m’apporte ? Que puis-je changer et qu’est-ce que cela va m’apporter ? 

Il faut parfois aller en profondeur pour bien identifier les besoins et ce qui y est lié.

Comment satisfaire le besoin ?

Une fois le besoin identifié, nous pouvons voir quels sont les moyens pour le satisfaire. En effet, il ne faut pas confondre le besoin avec le moyen…

Exemple :

Pour le besoin de sensations gustatives agréables : je n’ai pas été satisfait de mon repas au restaurant, je suis frustré. Comment me faire plaisir ?….

En trouvant un autre moyen de satisfaire de bonnes sensations : je m’offre un bon dessert ou je me fais un plat que j’aime particulièrement.

Bien identifier le besoin et les différents moyens de le satisfaire permet de ne pas dépendre uniquement d’une seule approche, surtout si elle dépend de quelqu’un d’autre.

Si vous attendez toujours le “merci” ou les félicitations de votre chef, alors qu’il en est plutôt avare, vous risquez d’être souvent frustré…

Donc plutôt que d’attendre qu’il reconnaisse mon travail, je me reconnais moi-même en fonction du défi, de l’objectif que je m’étais fixé… je me fixe les critères et ma satisfaction, donc ma motivation, dépend de moi seul !

Réfléchissez à toute les façons possible de satisfaire le besoin, de manière créative et sans barrière. Ensuite évaluez ces moyens selon leur faisabilité, s’ils sont sous votre contrôle ou pas, et s’ils sont intègres. 

Le monde des émotions est magique quand on s’y attarde. Les émotions nous envoient des signaux en permanence !

Je vous invite donc à commencer par identifier vos état émotionnels les plus fréquents (voir outils précédents) et ensuite de réfléchir sur les besoins associés en utilisant les éléments que nous venons de voir et le tableau ci-dessous.

Les besoins fondamentaux de l'être humain

Je suis à votre disposition pour les questions éventuelles.

Laissez-moi un message dans les commentaires pour expliquer comment vous avez identifié certains de vos besoins.

Partagez aussi l’article dans vos réseaux sociaux.

A bientôt.

Bibliographie :

Livres :

  1. Kotsou Ilios. Intelligence émotionnelle et management. De Boeck, 2015. (2ème édition).
  2. Kotsou Ilios. Petit cahier d’exercices d’intelligence émotionnelle. Jouvence 2011.

Vidéos :

  • Et tout le monde s’en fout #3 – Les émotions

J’aime particulièrement cette vidéo des youtubeurs Fabrice de Boni et Axel Lattuada qui nous raconte sur le ton humoristique le rôle des émotions. Je l’utilise régulièrement en formation. (voir vidéo de tout le monde s’en fout). Vue plus de 1.400.000 fois !

  • Voir aussi cette vidéo qui narre le conte « qui a piqué mon fromage ? » qui nous montre des réactions émotionnelles lors du changement et de l’atteinte à nos besoins.

Articles :


Partagez l'article s'il vous a plu !
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

Bernard Guévorts

Apporteur de confiance et éveilleur de leadership. Formateur international en relations interpersonnelles, leadership, développement personnel, prise de parole, formation de formateurs et relation clients. Je suis belge et je vis actuellement au Cameroun la plupart du temps.

0 commentaire

Laissez un commentaire sur l'article ou votre expérience personnelle

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez le livre 21 jours pour booster votre Leadership

%d blogueurs aiment cette page :