Développer son leadership est un choix

Publié par Bernard Guévorts le

Partagez l'article s'il vous a plu !
  •   
  •  
  •  
  •  

Responsable de son leadership

Prétendre que développer son leadership est un choix et une responsabilité de chacun va sans doute heurter certaines personnes. Il y a ceux qui croient que le leadership est inné et qu’il ne peut donc pas se développer et il y a ceux qui pensent qu’ils ne peuvent pas y arriver ou qu’ils n’en sont pas capables. Appartenir à ces deux groupes est d’ailleurs fréquent… La seconde assertion est justifiée par la première.

Les malentendus sont donc fréquents et les définitions du leadership nombreuses. Il existe des styles très différents, voire opposés de leaders.

Les modèles de personnalités permettent de comprendre cela et de bien identifier ce qui caractérise les comportements propres à certains styles de leadership.

Les anciens modèles de leadership sont assez figés, contrairement aux modèles plus récents qui intègrent les enseignements des neurosciences et en particulier la capacité d’apprentissage qui persiste à tous les âges (voir ci-après).

Je vous renvoie à notre article « La réponse à vos questions sur le leadership », pour balayer divers aspects de ce vaste domaine et les définitions de base.

Les modèles de leadership

Le modèle Insights Discovery avec lequel je travaille régulièrement propose 4 styles de leadership bien identifiés par leurs comportements. Un même leader peut avoir un mélange de ces styles selon les situations (voir article sur le profil personnel avec Insights Discovery).

Le leadership dans le modèle Insights Discovery

Les 4 styles de leadership et le lien avec les 8 types de personnalités du modèle.

Un autre modèle que j’utilise également dans certaines formations, « Management Drives », propose lui 6 motivations différentes qui vont se mélanger et donner des styles bien définis, à nouveau par leurs comportements (voir article détaillé).

Les six moteurs de motivation du Management Drives

Les six moteurs de motivation du modèle Management Drives

Et il existe encore d’autres modèles bien sûr !

Il est donc normal que tout le monde ne soit pas d’accord sur certains principes et définitions. Ce qui est cependant incontestable, ce sont les éléments observables chez les leaders et qui produisent un résultat chez les personnes influencées.

Car le leadership, c’est avant tout la capacité d’influencer et de produire un résultat visible grâce à cette influence.

Cela bien entendu sans manipulation ! Je parle d’influence dans un sens éthique. Il s’agit de faire adhérer en toute liberté.

« L’influence est l’art d’amener les autres à vous suivre : croire quelque chose que vous voulez qu’ils croient, penser d’une manière que vous voulez qu’ils pensent ou faire quelque chose que vous voulez qu’ils fassent. » Terry R. Bacon

« L'influence est l'art d'amener les autres à vous suivre : croire quelque chose que vous voulez qu'ils croient, penser d'une manière que vous voulez qu'ils pensent ou faire quelque chose que vous voulez qu'ils fassent. » Terry R. Bacon Cliquez pour tweeter

Être responsable de son leadership

Nous sommes donc tous responsables de notre leadership !

Car, sur base d’une meilleure connaissance de soi et d’une prise de conscience, nous sommes libres de faire ce qu’il faut pour changer. Nous avions déjà abordé la responsabilité dans l’article « Développez votre responsabilité pour plus de liberté ».

Dans le cadre du leadership, la prise de conscience peut se faire sur certains comportements que nous avons, sur nos émotions et leurs déclencheurs ou encore sur notre état d’esprit (Mindset).

Une fois reconnu cela, nous pouvons décider de le changer et d’adopter des comportements différents ou un état d’esprit différent. La gestion des émotions passe aussi par cette reconnaissance et la décision de prendre de la hauteur pour mieux les comprendre et les utiliser (voir notre article glossaire sur l’intelligence émotionnelle).

C’est là où commence une autre démarche qui est celle de se développer.

Leadership = Prise de conscience + choix

Pouvons-nous vraiment changer ?

Dans cette question, il y a la question sous-jacente : sommes-nous capables de continuer à apprendre toute la vie ?

En particulier, je fais surtout allusion aux changements de comportements, au développement personnel, à l’amélioration de soi.

Quand je faisais mes études de biologiste, fin des années ‘70, l’état des connaissances de l’époque vis-à-vis du cerveau était que le cerveau commençait à se « dégrader » à partir de 20 ans environ, car ses cellules ne se renouvelaient pas. Ce qui voulait dire que l’apprentissage devenait de plus en plus difficile avec l’âge.

L’apport des neurosciences

Depuis, les neurosciences ont fait de grands progrès et nous savons maintenant que les cellules du cerveau peuvent se renouveler et que le cerveau continue à faire preuve de neuroplasticité à tout âge. Ce qui veut dire que nous sommes capables de fixer de nouveaux apprentissages à tout moment de la vie, par de nouvelles connexions neuronales.

Cela vaut tant pour les connaissances théoriques que pour de nouvelles habitudes que l’on peut continuer à acquérir toute sa vie. Pour changer réellement de comportements et d’attitudes, il faudra reconstruire de nouvelles connexions neuronales et ne plus utiliser celles liées aux anciennes habitudes.

En effet, un apprentissage se fixe quand les connexions neuronales sont utilisées régulièrement. Dans le cas de nos habitudes, les connexions sont très stables et le système fonctionne sans y prêter attention. Cela peut se retrouver dans les 4 étapes de l’apprentissage ci-dessous.

Les 4 niveaux d'apprentissages

Créer de nouvelles connexions

C’est comme tracer un chemin en forêt et dans la broussaille. Au début, il faut couper les plantes qui le traversent pour se frayer un passage. Si nous empruntons ce chemin régulièrement, le sol va se tasser et la végétation ne va pas reprendre possession du lieu aussi vite. Si nous entretenons le chemin et il reste praticable. Cependant, si nous ne passons que très rarement, le chemin sera vite recouvert de végétation et le passage sera à nouveau difficile.

Cela explique la difficulté que nous avons à nous débarrasser d’anciennes habitudes, croyances, pensées limitantes, etc., qui sont très ancrées dans notre cerveau même !

« Les révolutions les plus difficiles à accomplir sont celles des habitudes et des pensées. » Nicolas de Condorcet

« Les révolutions les plus difficiles à accomplir sont celles des habitudes et des pensées. » Nicolas de Condorcet Cliquez pour tweeter

Comment faire ?

Quand il y a un nouvel apprentissage, cela crée de nouvelles connexions neuronales. Comme en ce moment, en lisant cet article, vous créez des connexions ou en renforcez d’autres déjà existantes.

Un apprentissage va se fixer si nous le renforçons par de la relecture et surtout par de la pratique pour ce qui concerne les comportements et les techniques de communication.

A un moment, les connexions seront devenues plus stables et l’apprentissage sera fixé, il deviendra petit à petit une nouvelle habitude ou une nouvelle routine.

De là, l’importance de la persévérance… On n’apprend pas en le faisant une seule fois ! Il faut répéter et répéter encore, surtout au début.

C’est ce que je constate dans ma pratique de formateur. Je fais faire des exercices sur des nouvelles techniques de communication et aussi des jeux de rôle, pour permettre de créer de nouvelles connexions. Ensuite, je stimule les apprenants et leurs managers pour entretenir ces nouveaux chemins neuronaux, sinon tout se perd en quelques jours ou semaines.

Peut-on vraiment devenir un leader ?

La bonne nouvelle c’est que oui, vous pouvez changer et développer votre leadership et votre influence, jour après jour. Cela va cependant demander un travail très régulier et de la discipline pour y arriver.

Comme il y a de nombreux chemins à défricher dans le domaine du leadership et de nombreuses compétences possibles, il sera important de faire un bilan de vos points forts et de vos points faibles. C’est la première étape, celle de la conscience de soi que doit avoir tout leader. C’est la première compétence à développer (voir l’article sur les compétences de l’intelligence émotionnelle).

Les 4 piliers de l'intelligence émotionnelle

Mon objectif à travers mes articles, est de vous aider à faire cela et à trouver vos voies et chemins de développement pour vous donner les outils pour réveiller votre leadership et le réveiller.

Pourquoi ne pas commencer tout de suite ?

Donc, en application de ce que je viens de vous dire, je vous propose de passer à l’action.

Je vous propose de faire une réflexion sur ces 3 points :

  • Une autoévaluation de vos points forts et de vos points à améliorer (de manière générale).
  • Pourquoi voulez-vous développer votre leadership ?
  • Quelles compétences en particulier voulez-vous améliorer ?

Ouvrez une page de Word ou autre logiciel de prise de notes et commencez votre bilan personnel !

Nous y reviendrons.

Je serai donc ravi de recevoir vos commentaires et vos questions pour pouvoir y répondre et vous aider à progresser.

A très bientôt.


Partagez l'article s'il vous a plu !
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bernard Guévorts

Apporteur de confiance et éveilleur de leadership. Formateur international en relations interpersonnelles, leadership, développement personnel, prise de parole, formation de formateurs et relation clients. Je suis belge et je vis actuellement au Cameroun la plupart du temps.

0 commentaire

Laissez un commentaire sur l'article ou votre expérience personnelle

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez le livre 21 jours pour booster votre Leadership

%d blogueurs aiment cette page :