Se reconvertir pour réveiller son leadership

Publié par Bernard Guévorts le

Partagez l'article s'il vous a plu !
  •   
  •  
  •  
  •  

Se reconvertir

« Il est difficile d’échouer, mais il est encore plus difficile de ne pas avoir essayé de réussir. » Théodore Roosevelt 

Ce que l’illustre Théodore Roosevelt tente de mettre en lumière, c’est que, malgré les apparences, la reconversion peut-être le meilleur moyen de se révéler pleinement.

Le mot “reconversion” émerge dans les années 1700. Et à ce moment-là, il a surtout une signification religieuse plutôt limitante. Ce n’est qu’un siècle plus tard que son sens sera élargi à “la transformation d’une chose”, et surtout à un retour à l’état initial.

Voilà la perspective qu’on voudrait vous exposer. La tâche peut impressionner et le changement peut inquiéter… mais, et si la reconversion était en fait le meilleur moyen de faire preuve de la plus belle résilience qui soit ?

Et de permettre d’enfin, de réveiller son leadership ?

Un article invité de Sophie Marache

« Il est difficile d’échouer, mais il est encore plus difficile de ne pas avoir essayé de réussir. » Théodore Roosevelt Cliquez pour tweeter

Le manque d’action, un ennemi du leadership

surbooké

Illustration: https://unsplash.com/photos/mlVbMbxfWI4

L’ennui dans le métier occupé, le manque de sens dans les tâches du quotidien, la pression du management qui manque de bienveillance, ou simplement le fait de ne pas se sentir à sa place dans son métier…

Tant de raisons qui font qu’on va douter de soi et passer à côté de l’occasion de se révéler, de réveiller son leadership. Tant de raisons qui pourraient, en fait, êtres solutionnées par une reconversion professionnelle.

En effet, lorsque l’on stagne dans son travail, que rien n’évolue depuis trop longtemps, que l’on sent que nos idées ne sont pas écoutées, il s’opère un mécanisme paralysant de perte de confiance en soi.

Or, la confiance en soi est un élément important de la polarité “ chaleur” du leadership.

Sans cette confiance en soi, il va être impossible d’influencer et de motiver son entourage efficacement. (voir les citations du leader sur la confiance en soi et le leadership).

La reconversion est certes, un mot qui effraie. Et entre autres, pour ce que ça implique tacitement : se former à nouveau, ou perdre un confort personnel et financier. Cela amène des obstacles qui demandent un grand courage, et même une certaine persévérance.

Et plus que tout, on y met aussi au centre un concept que l’on a largement analysé : la peur de l’échec et celle du regard des autres.

Le passage à l’action, pourquoi est-ce si difficile ?

Enfant face à l'escalier

Illustration: https://unsplash.com/photos/bJhT_8nbUA0

Ils ont osé une reconversion professionnelle, pourquoi pas vous ? Est-ce réellement si difficile?

Si vous vous sentez visé par nos questions, rassurez-vous, vous n’êtes pas seul !

Changer de métier et changer de vie… Cette idée a traversé l’esprit de 93 % des sondés dans une étude qui a été menée en 2019.

Mais voilà, le mécanisme de réflexion avant le passage à l’acte peut être long et semé de grandes périodes de doutes. Et même si l’idée grandit et prend de la place, elle peut se réduire à peau de chagrin si on pense à la montagne à gravir et les obstacles à franchir.

Le challenge peut paraître trop haut.

C’est un mécanisme de protection naturel du cerveau. Très bien raconté par l’auteure Mel Robbins, dans son célèbre ouvrage The 5 seconds rules :

“il est naturel d’hésiter avant d’entreprendre une action qui nous paraît difficile”. 

Cette hésitation déclenche un processus mental dont l’objectif est de bloquer l’action. Des pensées contradictoires traversent donc notre esprit, et ce, en moins de 5 secondes.

Conséquence : après cela, c’est trop tard.

Notre esprit conscient trouve tout type d’excuses pour ne pas réaliser cette action. Et au fil de l’eau, on finit par prendre inconsciemment l’habitude à hésiter, à douter, à ne pas agir

Et si “repartir de zéro” était plus facile que cela semble ?

bureau

Illustration: https://unsplash.com/photos/RARH8b7N-fw

On a souvent l’habitude de voir des success story en surface, sans en connaître réellement les étapes et les obstacles qui ont été vécus avant d’arriver au succès.

Or, c’est justement cela qui nous intéresse.

Il y a un adage qu’on aimerait remettre au centre du sujet : personne ne réussit sans échouer. Le podcast La Leçon l’analyse sous des angles différents et profonds, et présente même l’échec comme un art.

Tout comme dans le livre Les Vertus de l’échec, que Charles Pépin évoque à merveille : il y a des échecs qui induisent une insistance de la volonté, et ceux qui en permettent le relâchement. Les échecs qui nous donnent la force de persévérer dans la même voie, et ceux qui nous donnent l’élan pour en changer.

Ce qui arrive à ce moment-là est donc naturel : lorsqu’on comprend et accepte que l’échec soit une vertu, on se donne le droit d’essayer. Notre confiance en nous et notre force intérieure se retrouvent alors décuplés, et on touche enfin du doigt un galvanisant goût de liberté.

Permettez-nous donc de nuancer nos propos : entamer une reconversion ne signifie pas repartir de zéro. En effet, chacun possède des qualités intrinsèques, des compétences acquises et des talents personnels.

Et ces ressources individuelles existent en chacun de nous, et ne demandent qu’à être mises en exergue, à être révélées.

On pourrait même tirer l’inspiration de la célèbre méthode Montessori qui consiste à voir l’apprentissage d’un enfant, non pas comme un puits que l’on remplit, mais comme d’une fontaine qui jaillit.

La représentation imagée peut donc coller à la vie professionnelle d’un adulte : vous reconvertir peut vous permettre d’exprimer des qualités que vous possédez naturellement, celles qui sont intrinsèquement liées à vous, et qui vous rendent unique.

Un article de Sophie Marache


Partagez l'article s'il vous a plu !
  •   
  •  
  •  
  •  

Bernard Guévorts

Apporteur de confiance et éveilleur de leadership. Formateur international en relations interpersonnelles, leadership, développement personnel, prise de parole, formation de formateurs et relation clients. Je suis belge et je vis actuellement au Cameroun la plupart du temps.

0 commentaire

Laissez un commentaire sur l'article ou votre expérience personnelle

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez le livre 21 jours pour booster votre Leadership

%d blogueurs aiment cette page :